Nourrisson et ostéopathie

Introduction sur l’ostéopathie

 

L’ostéopathie est une thérapeutique manuelle dont le but est de rétablir la mobilité physiologique de chaque segment corporel. A l’aide de tests spécifiques, l’ostéopathe recherche la perte de mobilité de la zone douloureuse (articulation, viscère, muscle, tissu,...) et des segments en rapport avec celle-ci.

 

Le nourrisson

 

Dès la naissance, bébé doit s’adapter à la vie extra-utérine, avoir un rythme cardiaque et respiratoire indépendant, une alimentation passant par la bouche et non plus par le cordon ombilical. Il va pouvoir bouger librement, étendre ses jambes et ses bras, son bassin qui était horizontal doit se verticaliser petit à petit et laisser place au développement de ses organes digestifs. Il va pouvoir voir son environnement et le toucher, entendre les sons et surtout il va pouvoir être entendu.

Beaucoup de changements qui devront être intégrés par bébé, en peu de temps. Or, parfois bébé nécessite un petit coup de pouce pour préparer ses premiers pas dans la vie…

 

Quand consulter ?

 

  • Lorsque la grossesse a été perturbée, que l’accouchement a été difficile et/ou que le travail a été trop long (plus de huit heures), prévoyez une consultation ostéopathique de contrôle dès les premiers jours de bébé. Idem en cas de grossesse gémellaire ou d’accouchement prématuré.

Lors de l’accouchement, l’utilisation de forceps ou ventouse est susceptible d’engendrer des déformations du crâne appelées plagiocéphalie positionnelle. De même, une présentation du bébé par le siège peut causer des tensions au niveau du bassin, ou encore une présentation par la face pour les troubles ORL. Une forte traction de la tête de bébé lors de sa sortie est souvent exprimée par un torticolis par la suite.

Par ailleurs, lorsque l’expulsion a nécessité une forte pression sur l’abdomen maternel, l’appui a tendance à imprimer des tensions diffuses sur les structures corporelles.

 

 

  • Vous observez une déformation et/ou une asymétrie du crâne de bébé, par exemple un coté plat et/ou une bosse localisée. Il est possible qu’il présente une plagiocéphalie. Au-delà du côté esthétique, la plagiocéphalie est susceptible d’engendrer des tensions membraneuses intracrâniennes et des tensions musculaires au niveau du cou. Dans la plupart des cas, elle est réversible et se résorbe rapidement en 2 à 3 séances d’ostéopathie, surtout si elle est traitée précocement et avant 8 mois. Après un an, les sutures du crâne sont moins souples et la croissance du crâne résorbe plus ou moins la plagiocéphalie, en revanche les tensions membraneuses et musculaires peuvent persister.

 

  • Bébé a tendance à tourner la tête toujours du même côté, aussi lorsqu’il dort et vous remarquez même une usure capillaire asymétrique. Ceci est souvent lié à un torticolis, c’est-à-dire un spasme musculaire d’un côté du cou. Et pour se soulager, bébé place fréquemment son bras en arrière. Le torticolis du nourrisson favorise la plagiocéphalie qui, elle-même induit des tensions musculaires.

 

  • Vous sentez votre bébé se crisper (bras et mains raides), il sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements, il se cambre en arrière lorsqu’on le prend dans les bras ou pendant la tétée. C’est ce que l’on appelle le stress du nouveau-né, souvent dû au «traumatisme» qu’est l’accouchement et parfois lié à la période du sevrage. Une consultation ostéopathique permettra de détendre le bébé et de réduire ses tensions qui sont souvent associées à d’autres gênes.

 

  • Vous notez une asymétrie au niveau du bassin. Il se peut que cette asymétrie soit gênante en particulier lors de la croissance des organes digestifs, mais aussi par la suite lors des premier pas.

 

  • Votre bébé pleure trop souvent et sans raisons, surtout le soir et après le biberon, et lorsqu’il pleure il rapproche ses jambes de son ventre. Si les pleurs sont rythmés à plus de 3h par jour et 3 fois par semaines,  bébé souffre de coliques, ce sont des spasmes abdominaux causés par l’immaturité de son système digestif. Son ventre peut être ballonné, il émet des gaz très fréquemment, et parfois ceci est associé à une diarrhée (plus de 3 selles molles par jour).

 

  • Après le biberon, vous remarquez que bébé a rendu une faible quantité de lait, vous en trouvez autour de sa bouche et de son cou, et son vêtement est légèrement tâché. Un hoquet accompagne parfois ses régurgitations appelées aussi reflux gastro œsophagien. Le reflux peut être causé par une immaturité musculaire du système anti reflux entre l’estomac et l’œsophage.

 

  • Lorsque vous nourrissez bébé, vous remarquez qu’il peine à téter, il lui faut beaucoup de temps et parfois s’endort pendant le repas. Surtout s’il est nourri au sein, la tétée lui est d’autant plus difficile, puisqu’il doit activement tirer le lait. Les troubles de la succion sont souvent causés par une hypotonie des muscles de la bouche et sont parfois associés à un port de tête plutôt faible par immaturité musculaire.

 

  • En quelques mois, bébé enchaîne les otites, conjonctivites, bronchites, angines, rhinites, et sa respiration est bruyante et semble encombrée. Les troubles ORL à répétition sont favorisés par un manque de mobilité des os de la face et du crâne qui peut entrainer une stagnation de l’infection, éventuellement associé à une immaturité immunitaire.

 

  • Bébé ne dort pas profondément, son sommeil est entrecoupé de gémissements, il se réveille pour se rendormir aussitôt, parfois même ne se rendort pas et devient grognon. Les troubles du sommeil sont souvent liés aux gênes citées précédemment, les tensions musculaires et torticolis, le stress, les troubles digestifs (reflux, coliques), et les troubles ORL sont autant d’élément perturbant le sommeil de bébé.

 

                                                                          

Le traitement ostéopathique

 

La séance d’ostéopathie chez le nourrisson est une approche globale de l’ensemble des systèmes osseux, articulaires, musculaires, et digestifs du bébé. Ainsi, quelque soit le motif de consultation, l’ostéopathe testera d’emblée l’ensemble du corps à la recherche de manque de mobilité articulaire, de tensions musculaires et de spasmes digestifs.

Ensuite, l’ostéopathe traitera la zone douloureuse et/ou spasmée, mais aussi les zones en rapport anatomique, neurologique et musculaire avec le trouble d’origine.

En ostéopathie, il existe un rythme définit entre le crâne (via l’os occipital) et le bassin (sacrum) de tout être humain. Ce rythme est très perceptible et influençable chez le nourrisson, ce qui amènera l’ostéopathe à terminer la séance par une régulation du rythme dit cranio-sacral.

 

Lors d’une consultation pour cause de plagiocéphalie, l’ostéopathe recherche et traite par des techniques spécifiques, des bosses et des aplatissements du crâne du bébé, des chevauchements de sutures, des déficits de mobilité de l’ensemble de la colonne vertébrale jusqu’au bassin. Il teste aussi les os de face et évalue le tonus musculaire lors de la succion, afin de prévenir l’apparition de troubles liés à l’asymétrie du crâne et aux tensions qu’elle peut engendrer.

La consultation pour cause de torticolis est similaire à celle de la plagiocéphalie. L’ostéopathie utilisera aussi des techniques d’étirement et de détente musculaire du cou du nourrisson et des chaînes musculaires associées (épaules, dos,…)

De même, le stress du nouveau-né et les troubles du sommeil sont traités par une approche à la fois crânienne, digestive, musculaire et articulaire en particulier de la colonne vertébrale et du bassin.

 

Lors d’une consultation concernant les coliques du nourrisson l’accent sera mis sur l’immaturité du système digestif avec des techniques spécifiques favorisant la digestion, la progression et le stockage du bol alimentaire, ainsi qu’une évacuation régulière et de consistance normale. L’ostéopathe vérifie et traite aussi la colonne vertébrale qui est reliée au système digestif via le système neurologique, et le bassin pour ses rapports anatomiques.

De même, le reflux gastro œsophagien est traité par une approche similaire au niveau digestif et articulaire de la colonne vertébrale, complétée par des techniques de traction verticale de l’estomac et de stimulation de la jonction gastro œsophagienne et du diaphragme.

 

Les troubles de la succion et les troubles ORL peuvent être appréhendés d’une manière similaire, en vérifiant et traitant les déficits de mobilité des os du crâne et de la face, ainsi que les articulations de la colonne vertébrale et du bassin.

Pour les troubles de la succion, des techniques intra buccales de stimulations permettront d’aider les contractions volontaires et le tonus des muscles de la bouche.

Pour les troubles ORL, des détentes musculaires au niveau de la face et du cou, aideront au relâchement des tensions des muscles reliés aux os. Ceci qui permettra une meilleure mobilité articulaire et évitera ainsi la stagnation infectieuse. Lorsque les troubles sont récurrents, il est parfois intéressant de stimuler les organes de l’immunité (rate, foie, thyroïde,…).

 

 

Conseils ostéopathiques

 

  • Consultez régulièrement le pédiatre de bébé, face à chacun de ses troubles afin de s’assurer leurs caractères réversibles et non congénitaux.

  • La plagiocéphalie, lorsqu’elle relève de l’ostéopathie, est résorbable et contrairement aux idées reçues, elle ne retarde pas le développement intellectuel du bébé.

  • Bébé doit toujours être couché sur le dos pour dormir, veillez à ce que sa tête ne privilégie pas une rotation sur le côté, souvent dû à un torticolis. Ne placez aucun coussin sous la tête de bébé. Aidez-le à tourner la tête du côté opposé à son habitude en attirant son attention à l’aide d’un doudou par exemple ou d’un petit bruit sur le côté.

  • Maintenez une ambiance détendue autour de bébé, évitez les endroits bruyants et l’agitation. Pour détendre bébé, vous pouvez masser doucement ses membres et son cou avec sa crème hydratante.

  • Lorsque bébé pleure sans raison apparente, posez votre main sur son ventre avec une très légère pression pour soulager les coliques. Vous pouvez aussi placer bébé à plat ventre sur vos genoux. Eventuellement, pensez à changer son lait habituel, et si vous l’allaitez, essayez d’alterner avec un lait en poudre. Entre le 3ième et le 6ième mois, le système digestif atteint sa maturité, diminuant naturellement les coliques.

  • Vous pouvez aisément soulager les reflux de bébé en veillant à ce qu’il ne soit pas replié sur lui-même lors de l’alimentation afin de ne pas créer de tensions sur l’estomac. De même, ne serrez pas trop ses couches. Après chaque repas, tenez bébé à la verticale. Ajustez la tétine de son biberon afin que bébé n’avale pas d’air pendant le repas et que le débit soit plus lent. Vous pouvez aussi opter pour un lait épaissi à base de farine de caroube ou d’amidon, qui favorise la digestion et diminue le renvoi liquide.

  • Si bébé présente une succion un peu faible, la sucette est un bon outil pour l’entrainer et développer les muscles intrabuccaux.

  • Evitez aussi les peluches dans le lit, ce sont des nids de poussières et microbes. 

  • Aérez chaque jour la chambre de bébé, et ne la surchauffez pas la nuit. La température de sa chambre doit être comprise entre 18 et 20 degrés.

© 2012 by EHM. All rights reserved.

קליניקת אוסטואופתיה

   058-585-5965

 

אווה חיון מיכלזון-אוסטאופתית